article crée le 21/06/2022, dernière modification le 21/06/2022

Une reconversion réussie avec l’accompagnement de CAP EMPLOI : découvrez le témoignage de Madame Dumont et sa création d’activité !

Nous avons rencontré Madame Dumont, alors âgée de 53 ans, pour la première fois en février 2020 à la suite d’un licenciement pour inaptitude au poste de gestionnaire d’hébergement dans un village de vacances qu’elle occupait. Nous avons pu faire le point sur son parcours et son nouveau projet professionnel, compatible avec son projet de vie.

Un parcours professionnel riche et diversifié, ponctué par des formations

Après un Bac G1 passé en 1982, Madame Dumont a suivi une formation à la CEGOS pour travailler dans une entreprise de robinetterie. En 1990, elle décide de déménager dans le sud et commence une nouvelle carrière en village vacances. Dans ce domaine elle a occupé plusieurs postes (responsable de salle, restauration, hébergement, économe, adjointe de direction). À la suite de cette expérience, elle va travailler au sein d'une affaire familiale dans l’hôtellerie restauration pendant 3 ans. Suite à une formation de Gestionnaire d’Équipements Touristiques à la CCI, elle est embauchée via un stage comme directrice d'un village vacances. Licenciée économique en 2005, elle reprend dans la foulée un nouveau poste dans le Var pour une dizaine de mois en tant que maîtresse de maison/gestionnaire d’hébergement dans un autre village de vacances. Elle occupe ce poste jusqu'à son licenciement en début d'année 2020.

Un épuisement professionnel

Madame Dumont était en arrêt maladie depuis 2017. Une surcharge de travail l’a en effet conduite à un épuisement professionnel. Avec l’aide de professionnels de santé, elle a réussi à identifier le processus qui l’a amené à cette situation d’épuisement et les conditions de travail dans lesquelles elle souhaite travailler. Lors de notre première rencontre, l'analyse de sa situation de handicap a été une priorité. Son souhait était de trouver un travail lui permettant d'éviter des situations de stress et d’avoir des temps de récupération pour gérer sa fatigabilité. Elle a constaté également que la reconnaissance de son handicap lui a permis d’avancer. Lorsqu’elle apprend qu’elle va être licenciée pour inaptitude et qu’elle va perdre son emploi, elle effectue le bilan de ses compétences acquises en 35 ans et de ses capacités.

De l’idée à la mise en œuvre du projet

En février 2020, les contours d’un nouveau projet commencent à prendre forme : l’ouverture d’un lieu de petite restauration dans un centre de bien-être. La chance va alors lui sourire : le jour où elle va être licenciée, lors d’une rencontre fortuite, elle apprend qu’un centre de bien-être va ouvrir et proposer une location pour un espace de restauration sur place. La personne qui en est à l’origine connaît le parcours et la personnalité dynamique de madame Dumont. Le lien se fait immédiatement. Le restaurant, qui comprend quatorze places en intérieur et une quinzaine en terrasse lui correspond. Alliant son expérience dans la restauration à ses compétences dans l’animation et l’accueil, elle imagine un lieu où les clients peuvent venir prendre un repas et jouer à des jeux de société. Ayant une bonne connaissance des modes de conservation, elle envisage une organisation lui permettant de proposer des produits faits maison afin d’assurer seule la cuisine et la gestion du lieu. Le projet séduit les propriétaires, elle va donc pouvoir créer son restaurant.

L’accompagnement Cap emploi et la mobilisation de prestataires

Nous allons accompagner Madame Dumont dans cette phase de mise en œuvre de ce projet. Après une clarification de ce dernier et une formalisation de ses besoins, nous mobilisons une prestation de création d'activité, une formation en hygiène alimentaire (HACCP), ainsi qu’un permis d'exploitation pour que Madame Dumont puisse exercer son activité. Pour cette formation elle va mobiliser son compte personnel de formation (CPF). Pour monter son restaurant elle doit trouver des financements pour aménager les lieux. Dans le cadre de son accompagnement à la création d’entreprise, elle va faire une étude de marché, de la concurrence, de son offre de services, de son positionnement et établir son business plan. Elle utilisera une partie de sa prime de licenciement et bénéficiera d’une aide AGEFIPH et de Pôle Emploi pour sa création d’activité. Selon elle, cet accompagnement lui a permis d’avancer avec des objectifs concrets à atteindre évitant ainsi toute velléité de procrastination.

Ouverture du restaurant

Madame Dumont a ouvert son restaurant le 19 juillet 2020 avec un retard lié à la pandémie. Elle n’a pas fait de publicité et le bouche à oreille a bien fonctionné. Aujourd’hui elle a réduit ses horaires d’ouverture car elle n’a pas perdu de vue son idée première de travailler avec plaisir et d'avoir du temps pour elle. Elle ouvre donc tous les jours de la semaine du lundi au vendredi de 9h30 à 15h30.

Devanture du restaurant P’OSE

Intérieur de l’espace restauration aménagé par Madame Dumont.

Le petit mot de Madame Dumont

« Il faut trouver son projet, vérifier qu’il soit compatible avec son handicap, se dire que tout est possible, y croire, et ne jamais cesser d’y croire. Se donner les moyens d’y arriver, se faire aider, s’appuyer sur Cap Emploi, sur les conseils à la création d’entreprise. Pour le moment, je suis heureuse d’avoir ouvert ce restaurant, je vais travailler avec le sourire, et même si parfois c’est un peu dur et soutenu physiquement je travaille sans stress et ça n’a pas de prix…bref pas de regrets… ».


Les partenariats