article crée le 21/06/2021, dernière modification le 20/07/2021

Maintien en Emploi réussi à la Brasserie "la mer à boire" de Gruissan

Le service maintien de Cap Emploi Aude intervient au bénéfice des employeurs privés et publics, mais aussi des travailleurs indépendants!

Le contexte

Agé de 57 ans, Monsieur ESTRADE est aujourd’hui travailleur indépendant en qualité de brasseur malteur sur la commune de Gruissan, et ce depuis décembre 2015. Son activité est basée sur la production et la vente de bières artisanales

Après une carrière de 18 ans en tant que gendarme, M. ESTRADE a entrepris une première reconversion professionnelle et s’est orienté vers le métier de plombier chauffagiste. En 2004, il a créé son activité mais des soucis de santé liés à un accident de la vie l’ont contraint à y mettre un terme en 2013.

M. ESTRADE s’est alors reconverti à nouveau vers un métier compatible avec son état de santé, et a choisi d’exercer l’activité de brasseur malteur. Dans le cadre du lancement de son activité en avril 2016, il a sollicité et obtenu une aide financière de l’AGEFIPH à la création d’activité.

la mer à boire : microbrasserie des chalets - Gruissan Plage

Quatre bières de la brasserie La mer à boire

L’intervention de Cap Emploi et les solutions mises en place en 2017-2018

L’activité de brasseur impose des postures et des gestes répétitifs contraignants sur lesquels M. ESTRADE (qui travaille seul, aidé ponctuellement par son épouse) s’est trouvé en difficulté.

En juin 2017, il a contacté Cap Emploi Aude. Une 1ère intervention sur site a permis à Elodie PHALIP, conseillère maintien en emploi, d’identifier plusieurs possibilités d’adaptation de la situation de travail, afin de compenser les difficultés rencontrées.

Les outils de compensation mobilisés

  • Le gerbeur électrique lui a permis de décharger les palettes de malt dans le camion ainsi que les bouteilles vides. Il a également été utilisé pour surélever les cuves lors de l’embouteillage et pour faciliter le rangement de la marchandise.

  • La table élévatrice a été utilisée avec pertinence pour préparer les livraisons (préparation des caisses et chargement dans le véhicule), mais également pour verser le malt dans la cuve, en réglant la table à hauteur lors de ces opérations de bascule. Elle a permis d’autre part de poser les bouteilles vides à hauteur lors de l’embouteillage.

Ces aménagements techniques ont fait l’objet d’une demande de cofinancement au titre de la compensation du handicap auprès de l’AGEFIPH (aide à l'adaptation de la situation de travail), validée suite à l’avis favorable donné au dossier préparé conjointement par M. ESTRADE et la conseillère maintien de Cap Emploi.

Evolution de la situation en 2019 et aménagements complémentaires

En 2019, suite à l’aggravation de l’état de santé de M. ESTRADE, et conséquemment à l’apparition de nouvelles contre-indications, Cap Emploi est intervenu à nouveau avec réactivité. Les tâches professionnelles régulières d’embouteillage et d’étiquetage étaient devenues en effet de plus en plus difficiles à accomplir pour M. ESTRADE. Par ailleurs, victime de son succès, la brasserie faisait face à une augmentation importante de son activité (+30% depuis 2017).

Il a ainsi été nécessaire d’une part de repenser le mode de production et d’autre part d’adapter la situation de travail en adéquation avec l’état de santé de M. ESTRADE. Une nouvelle étude de poste a été menée et a permis d’identifier des aménagements techniques supplémentaires, toujours dans une logique de compensation de la situation de handicap.

Les nouvelles solutions identifiées

  • Un siège assis/debout, une seconde table élévatrice ainsi qu’une table à roulettes en inox ont été désignés comme matériel de compensation complémentaire en réponse aux nouvelles problématiques repérées. Affectés au poste de l’embouteillage et de l’étiquetage, ils ont permis de soulager M. ESTRADE dans les gestes et postures contraignantes.

  • Afin de faire face à une demande croissante d’activité, tout en évitant une nouvelle aggravation de son état de santé, une embouteilleuse a également été préconisée, identifiée et acquise par M. ESTRADE. Cette embouteilleuse lui a permis de diminuer considérablement la manutention des bouteilles sur le format 33cl qui représentent l’essentiel de la demande.

Pour l’ensemble de ce second aménagement, M. ESTRADE a également bénéficié d’un financement partiel par l’AGEFIPH.

Un accompagnement sur mesure à chaque étape du parcours

A ce jour, M. ESTRADE vend intégralement sa production de bière, il est même souvent contraint de devoir refuser des commandes ! Il dispose de l’ensemble du matériel technique lui permettant d’évoluer sereinement dans un environnement professionnel adapté. L’aménagement optimal de la situation de travail est en place. Il se déclare très satisfait de l’accompagnement global et de l’expertise de Cap Emploi.

Vous êtes travailleur indépendant, ou employeur, vous souhaitez être accompagné dans la recherche de maintien en emploi pour vous-même, ou pour l’un de vos salariés/agents bénéficiaire de l’obligation d’emploi ?

Notre service maintien est à votre disposition pour vous conseiller et étudier avec vous et le médecin du travail les solutions possibles.
DEPOSER UN SIGNALEMENT MAINTIEN DANS L'EMPLOI

Les chiffres clés de Cap Emploi 11 relativement à l'accompagnement dans l'emploi en 2020:

486 : salariés, agents de la fonction publique et travailleurs indépendants accompagnés pour un maintien dans l’emploi

139 : maintiens en emploi

73 : taux de maintien


Les partenariats